Browsing Category

Famille

Sa toute première rentrée, son abondance de confiance et de joie.

3 septembre 2016 Famille, Humeur

rentrée

Mon amour de petite fille. Ma fille un peu sauvage, qui a du mal à se livrer et a aller vers ceux qu’elle ne connaît pas. Les jours précédents la rentrée j’ai senti cette boule, vous savez cette boule qui s’installe dans votre gorge et dans votre bide. Celle qui nous rappelle qu’il va y avoir un changement dans notre vie et qu’on ne sait pas vraiment l’aborder. Celle qui vous gêne dans la gorge à chaque déglutition, et celle qui vous donne mal au ventre.

Ce bébé que j’ai gardé, que je n’ai jamais mise en crèche, ni au centre aéré et ni à la nounou. Je l’emmenais bien sûre dans des lieux publics mais c’était toujours un peu « qu’entre nous », pas par non-respect mais parce qu’elle est comme ça ma fille, elle a un peu peur d’aller vers les autres, et elle préfère jouer toute seule. Je me demandais alors comment allait se passer sa toute première rentrée. Celle où j’allais sûrement la voir hurler en me tendant les bras. Celle qui allait se confiner dans un coin en attendant la fameuse heure des parents qui reviennent.

La nuit avant cette nouvelle étape de sa vie m’a été horrifique. Du mal à trouver le sommeil, le peu que je dormais je me réveillais. Je crois que le plus dur, c’était le matin, quand je l’ai préparé et que je la motivais (sans grande conviction intérieurement, je l’aurais bien garder avec moi une année de plus…).

Le départ a sonné, je l’ai emmené en ne cessant de me demander comment ça allait se passer. Elle a reconnu sa maîtresse qu’on avait rencontré en juin. Je lui ai mis ses « trop super » chaussons Peppa Pig qu’elle a choisi elle-même. Je n’ai pas eu le temps de me lever qu’elle était déjà partie dans la classe. Je suis restée accroupie, un peu bouche bée, un peu surprise. Et je l’ai rejointe discrètement, pour imprimer les images qui se déroulaient devant mes yeux dans mon cerveau.

Elle a couru vers la cuisine en bois, la même avec laquelle je jouais petite puisque, 20 ans auparavant, j’étais dans cette-même classe, cette même école. Elle m’a fait gouter une poire qu’elle venait de sortir du four avec son sourire le plus large qu’elle pouvait dessiner. Je crois que c’était la meilleure poire de ma vie! Celle de la victoire.

Pourquoi ai-je eu si peur? Depuis toute petite je fais tout pour qu’elle ai confiance en elle et en moi/nous. Je lui explique tout, tout le temps pour qu’elle comprenne ce qui se passera et que je ne l’abandonnerai JAMAIS. Alors finalement, avec du recul non ça ne m’étonne pas. J’aurai dû croire en elle un peu plus et me faire confiance à moi-même également. Comme elle l’a fait pour elle-même.

Je vous laisse imaginer combien ma fierté était énorme. Combien j’avais envie de la serrer fort dans mes bras avant de partir. Combien j’avais peur de la laisser et de ne pas avoir de nouvelles en temps réel. Combien j’ai eu envie de pleurer sur le chemin du retour. Combien j’ai pleuré en rentrant.

Mon amour a fait sa toute première rentrée et ça c’est super bien passé!

rentrée2